Skip to main content

Six conseils pour les questions d'argent

Six conseils pour les questions d'argent

par Therese Droste

Tout le monde aimerait obtenir une rémunération aussi élevée que ce que l'employeur est prêt à offrir. Mais lors d'une entrevue d'emploi, les questions de salaire font frémir la plupart des gens. L'une des raisons causant ce malaise est que ces questions vous forcent à faire preuve de plus de transparence lors des négociations. Il vous faut savoir contourner la question pour obtenir le salaire que vous désirez. Pesez vos mots et n'ayez pas peur de rediriger une question qui vous est adressée. Les trucs suivants vous aideront à garder le contrôle sur les discussions reliées au salaire en entrevue.

1. Comment répondre à des annonces demandant des informations sur votre salaire passé.

Diane Barowsky, associée chez TMP - Recrutement de cadres, à Chicago, conseille aux chercheurs d'emploi de ne pas inclure d'exigences en termes de salaire. «Il est vrai que quand vous n'indiquez pas d'information sur le salaire, vous risquez que l'employeur laisse votre candidature de côté parce que vous n'avez pas mentionné de salaire. Mais vous risquez davantage d'être éliminé parce que vous ne connaissez pas l'échelle de salaire du poste,» dit-elle.

Écrivez plutôt que vous vous attendez à un salaire proportionnel à votre expérience et aux exigences du poste. Vous pourriez aussi écrire : «négociable,» car évidemment, le salaire est toujours négociable.

2. Que gagnez-vous présentement?

Répondez avec prudence. Expliquez que le nouvel emploi, quoiqu'il corresponde à vos compétences, ne se compare pas à votre emploi actuel. Donc, votre salaire actuel n'est pas un bon indicateur de ce que vous devriez gagner pour ce nouveau poste. «Répondez : Ce que je gagne n'est pas important. Ce qui importe c'est si mes compétences correspondent à ce que vous cherchez ou non et je suis confiant que l'échelle sera équitable,» ajoute-t-elle. Ceci vous permet de démontrer votre confiance en vous.

De plus, si vous êtes l'un de deux candidats potentiels pour le poste, ceci vous place sur un pied d'égalité, explique Barowsky. Si vous êtes présentement sous-payé, répondre directement à ce type de question jouera contre vous. «Et si vous travaillez pour un organisme à but non lucratif et que votre salaire est plus bas que celui d'un autre candidat possédant les mêmes compétences et expérience mais un meilleur salaire, parce qu'il travaille pour une entreprise offrant des salaires compétitifs? Vous pourriez être embauché à un salaire beaucoup plus faible que celui que l'autre personne aurait reçu. Ce n'est pas le salaire gagné par le passé qui compte, ce sont les compétences, l'expérience et ce que vous pouvez apporter à l'organisation,» insiste-t-elle.

3. Assurez-vous que l'employeur donne le premier chiffre.

Chaque employeur a une certaine échelle salariale en tête. Et la plupart du temps, ils peuvent être flexibles avec cette échelle, dit Barowsky. «Ils détiennent de l'information que vous ignorez. Quand vous ne savez pas ce que l'employeur a en tête, vous pouvez vous sous-évaluer. Les employeurs sauteront sur l'occasion. Plus tard, vous réaliserez qu'un employé dans le bureau voisin gagne plus d'argent pour faire la même chose que vous,» ajoute-t-elle. Alors tentez de découvrir quelle est l'échelle avant de présenter toute attente salariale.

Si l'échelle est inférieure à ce que vous désirez, spécifiez que vous vous attendez à une échelle plus proche de XYZ. Et XYZ doit dépasser d'au moins 10 à 20 pour cent ce que vous gagnez présentement. Si vous êtes nettement sous-payé, augmentez la valeur encore plus.

4. Mais si vous êtes coincé et devez vraiment donner un chiffre?

Donnez une échelle qui reflète le montant que vous voulez gagner. Et rappelez-vous : les employeurs considéreront toujours la valeur la plus basse de votre échelle, alors pour que vous soyez quand même à l'aise avec ce salaire, assurez-vous que celle-ci soit assez élevée. Si vous gagnez 35 000$, donnez une échelle de 42 000$ à 55 000$ environ.

5. Préparez-vous. Faites vos devoirs.

Informez-vous pour connaître le salaire d'autres dans ce domaine. Contactez des organisations professionnelles pour obtenir leurs sondages annuels des salaires. Lisez des publications professionnelles. Utilisez votre réseau et Internet pour savoir ce que vos pairs gagnent dans ce domaine.

6. Montrez-nous votre talon de chèque.

Si un employeur veut contacter votre ancien employeur pour vérifier votre salaire, pensez deux fois à cet emploi. Honnêtement, désirez-vous vraiment travailler avec quelqu'un qui vous intimide? «S'ils vous harcèlent durant l'entrevue, au moment où ils devraient vous séduire et vous impressionner, imaginez ce que ce sera quand vous travaillerez là-bas,» dit Barowsky.

Bref, vous voulez un bon salaire mais vous voulez aussi être respecté. Et la relation professionnelle entre l'employeur et l'employé ne peut être bénéfique pour les deux parties que s'il y règne un respect mutuel.

Traduit par Mélanie Pilon, Monster.ca